accueil

PARABOSCO (Girolamo), La Seconda parte delle rime (1555)

1

LA SECONDA/ parte delle rime/ di m. girolamo/ parabosco./ [fleuron]/ Con gratia & Priuilegio./ [marque : hanc devs omnipotens servet qvam condidit arcem]/ in vinegia,/ Per Francesco & Pietro Rocca, fratelli./ m d lv.

In-8° [72] feuillets signés a-i8 chiffrés (1-2) 3-70 [II dont I bl.]. Marque sur le titre et au feuillet i7 v° (57 mm) ; petit bandeau au mascaron et putti ; fleurons ; lettrines ; caractères italiques.

Recueil de 82 pièces dont 48 sonnets, dédié à Marco Antonio Rezzonico. Plusieurs sonnets sont adressés à Luigi Bellegno, Ercole Bottrigaro [1], Ferrante Carafa [2], Carrello, Antonio Giacomo Corso, Corticella, Gasparo Corto, Fabrizio Fabbri, Cipriano Fortebraccio, Parrasio, Rezzonico, Vincenzo Vecellio, Domenico Venier. Sonnets en risposte de Bellegno, Bottigaro, Carafa, Corso (2), Corto, Fabbri, Fortebraccio, Vecellio. Canzone sur la mort de Tommaso degli Obici [Obizzi].

Les rime facete sont composées d’une suite de huit capitoli, dont l’un est augmenté d’un post scriptum célébrant le musicien flamand Adrian Willaert (1490-1562), maître de chapelle à San Marco, maître de Paraboso et de Giuseppe Zarlino. Les pièces sont adressées à Giovanni Andrea dell’Anguillara, Antonio Giacomo Corso, Nicolò Fabene, le comte Alessandro Lambertino [3], Michiel Leonardo Maier, Allemano, Domenico Venier, ainsi que deux dames anonymes, Chiara D*** et Polissena C***.

Le volume est imprimé par les frères Francesco et Pietro Rocca, actifs de 1549 à 1555, all’insegna del Castello.

Hauteur : 152 mm. Parchemin souple blanc (reliure moderne).

Provenance : annotation manuscrite de l’époque au verso du f. b4 ; elle indique que le sonnet ‘Così scarco foss’io’ est adressé à Ercole Bottrigaro. Au verso du feuillet f2, corrections à la risposta de Bottrigaro. Etiquette de la librairie Fiammetta Soave, Rome.

→ Vaganay, 1555, n° 5 ; Hastings Jackson, 478 ; Ascarelli-Menato, p. 391.

[1Ou Bottrigari, de Bologne, poète et éditeur ; il procura le Libro quattro delle rime, en 1551, voir ce volume.

[2Sur Ferrante Carafa, marquis de San Lucido, voir Rime di diversi signori napoletani (Venise, 1552).

[3Alberto Lambertini, patricien de Bologne, comte de Poggio Renatico en 1538 ; fils du sénateur Cornelio Lambertini et de Ginevra Felicini, il avait épousé Lucrezia di Giovanni Malvezzi.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |