accueil

STIGLIANI (Tommaso), Delle Rime. Parte prima (1605)

1

[Titre-frontispice gravé]

delle rime/ del signor/ TOMASO/ stigliani,/ Parte prima./ Con breui Dichiarationi in fron-/te a ciascun componimenti,/ Fatte dal Signor Scipione/ Calcagnini./ All’Illustriss. & Reueren./ Signor Cardinal di/ San Giorgio./ In Venetia. Presso Gio. Battista/ Ciotti, al segno della Minerua. 1605.

In-12 [42] feuillets signés a-c12d6 paginés (1-2) 3-7 4 9-77 [V-II bl.] ; le feuillet d6, blanc, manque dans l’exemplaire décrit. Titre frontispice gravé en taille-douce à figures allégoriques (123 mm), non signé ; bandeaux, lettrines. Caractères italiques.

Première partie des Rime de Tommaso Stigliani ; elle est dédiée au cardinal Cinzio Aldobrandini [1]. Le recueil, d’argument amoureux, évoque la passion du poète pour une dame de la famille dalla Vipera [2], il comprend 85 pièces diverses, dont 69 sonnets avec des arguments par Scipione Calcagnini. Suit Il Polifemo, long poème mythologique en stances. Outre les pièces amoureuses, allant des lieux communs de la déploration sur la mort de l’aimée aux formes d’un discret érotisme (‘In lode delle mammelle’), certaines pièces sont adressées aux rois de France et d’Espagne [3], au prince de Toscane [4], à Francesco Bembo, Scipione Calcagnini, Strozzi Cicogna, Clelia Farnese, Orsato Giustinian, Marino Grimani, prince [sic] de Venise [5], Andrea Gussoni, la marquise de Caravaggio [6], la comtesse d’Hato, Celio Magno, Lucrezia Marinelli [7], Luigi Odoriso, Giacomo Palma [8], peintre, Benedetto Pieni, Giulio Romano, musicien, Torquato Tasso, Vincenzo Toraldo, Pirro Visconti [9], Dionigi Volponi.

Une édition complète des Rime, en huit parties, parut la même année chez Ciotti, en un volume in-12 à pagination suivie.

Hauteur : 130 mm. Cartonnage moderne, anciennes tranches rouges.

Michel, VII, 153 (cite deux exemplaires).

[1Neveu du pape Clément VIII, Cinzio Aldobrandini (1551-1610) fut créé cardinal en 1593, cardinal neveu, gouverneur de Spolète, il fut enfin légat en Avignon ; il était cousin du cardinal Pietro Aldobrandini.

[2Nom d’une ancienne famille noble de Bénévent.

[3Henri IV et Philippe III, sur les troubles de Saluces.

[4Cosimo de’ Medici (né en 1590), fils de Ferdinando I, grand-duc de Toscane, et de Christine de Lorraine.

[5Marino Grimani (1532-1605), doge de 1595 à 1605.

[6Felice Orsini Peretti Damasceni, veuve de Marcantonio III Colonna ; elle avait épousé en 1595 Muzio II Sforza († 1622), 4e marquis de Caravaggio.

[7Poétesse vénitienne (1571-1653) ; elle composa un traité, La Nobiltà e eccellenza delle donne, co’ difetti et mancamenti de gli huomini (Venise, 1591). Ses rime furent publiées dans un recueil collectif, avec celles de Veronica Gambara et Isabella di Morra (Naples, 1693).

[8Jacopo Palma (1548-1628), le jeune, peintre vénitien, petit-neveu de Palma le vieux. Après une formation à Rome, il s’établit dans sa ville, où, conciliant l’héritage des grands maîtres en un style original, il s’imposa comme le peintre favori du clergé. Son autoportrait est conservé à Milan, Pinacothèque de Brera.

[9Pirro Visconti Borromeo († 1605), comte de Brebbia, patricien et conseiller de Milan, chevalier de l’Ordre de Santiago ; il était fils de Fabio Visconti Borromeo, co-seigneur de Brebbia et d’Albizzate, et de Costanza Trivulzio. Il avait épousé Ippolita Porro, puis en secondes noces Luisa Camilla de Marini Castagna († 1606).

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |